Selon les fondateurs des formes actuelles de yoga, il existe trois rythmes respiratoires fondamentaux : le premier corres­pond aux respirations profondes neutres qui consistent à inspirer et expirer profondément par le nez en bloquant ou non sa respiration après chaque inspiration et expiration; le deuxième aux respirations profondes positives; le troisième aux respirations profondes négatives, ces dernières consistant à inspirer profondément par le nez, à expirer aussitôt par le nez en essayant d'expulser le plus d'air possible, et à bloquer la res­piration pendant quelques secondes alors que les poumons sont vides.

Comme vous l'avez certainement compris, les respirations pro­fondes positives stimulent uniquement la phase positive de notre vitalité. Sur le plan physiologique, les respirations profondes positives sont très efficaces lorsqu'on est très fatigué et que l'on ressent le besoin de se régénérer physiquement ou mentalement. Par ailleurs, nous vous conseillons d'en effectuer le matin, au moment du réveil, car elles renforcent notre tonicité et nous mettent dans de bonnes dispositions pour commencer la journée. Quant aux respirations profondes négatives, elles produisent une stimulation de la polarité négative de notre vitalité. Il est très important de bien comprendre que les respirations pro­fondes négatives ne le sont qu'en terme de polarité. Autrement dit, vous ne devez pas considérer qu'elles ont une importance secondaire et que vous devez accorder une attention privilégiée aux respirations profondes positives. Il est un fait qu'elles concernent davantage l'aspect physique et matériel de notre être. Cependant, cet aspect est aussi essentiel à la vie de notre corps que les attributs immatériels de notre nature psychique.

Vous avez déjà eu la possibilité d'expérimenter les effets que les respirations profondes neutres et positives produi­sent sur le corps, mais l'occasion ne vous a pas encore été donnée de mettre en pratique les respirations profondes négatives. C'est pourquoi je vous propose d'effectuer l'expérience suivante.

image006

Asseyez-vous le dos bien droit, placez les mains sur vos genoux et posez vos pieds à plat sur le sol, légèrement écartés l'un de l'autre.

Prenez le pouce de votre main droite entre le pouce, l'index et le majeur de votre main gauche, tel que cela vous est montré sur le schéma ci-dessous (Point d'ancrage).

Tout en maintenant vos doigts dans cette position, commencez à effectuer des respirations profondes négatives. Autrement dit, inspirez pro­fondément par le nez et expirez aussitôt lentement, toujours par le nez, en essayant d'expulser tout l'air qui se trouve dans vos poumons. Cela fait, bloquez votre respiration pendant quelques instants, sans toutefois en éprouver de gêne, puis reprenez une nouvelle inspiration profonde.

Après avoir effectué ce genre de respirations pendant deux ou trois minutes, reprenez un rythme respiratoire normal tout en maintenant vos doigts dans la même position, et observez les effets produits sur votre bras droit.

Si vous avez effectué cette expérience conformément aux instructions, vous avez dû ressentir une impression de chaleur dans votre bras droit. Une telle impression résulte tout simplement de l'effet physiologique produit par les respirations profondes négatives. Plus précisément, nous dirons que ce rythme respiratoire influe sur la circulation sanguine et votre ressenti dans votre main gauche et que ce phénomène, en passant dans le bras droit, y provoque temporairement comme une surcharge qui se traduit par une sensation de chaleur. Si vous avez des problèmes de sommeil, nous vous conseillons, avant de vous endormir, d'effectuer une série de respirations profondes négatives, car elles sont très efficaces pour neutraliser les insomnies. Dans ce cas, intégrez‑les dans le processus qui vous a été indiqué pour vous préparer à passer une nuit reposante. A cet effet, effectuez‑les en lieu et place des respirations profondes neutres.

En résumé…

types_repirations_effets

Observez‑vous devant un miroir : vous êtes assis sur une chaise, dos droit, devant ce miroir. Appuyez vos mains au‑dessus de la poitrine et légè­rement sur le côté. Votre main droite ou votre main gauche se soulèveraient-­elles davantage? C'est que vous ne respirez pas de la même façon de chaque côté (il arrive souvent que le côté droit se soulève davantage). Posez ensuite les mains sur les basses côtes. Exercez‑vous de façon à respirer plus d'un côté que de l'autre, pour dissocier le mouvement. Posez maintenant les mains sur le ventre. Si vous le sortez bien, vous allez sentir les côtes s'écarter et vous ne pourrez plus faire entrer d'air dans vos pou­mons. Voilà qui s'appelle respirer à fond.